Laos – le pays du « Laid back »

Le Laos 🇱🇦 ou le pays du « Laid back » (ou pour les non bilingues : le pays du « relax max »).

La première étape pour atteindre Luang Prabang fut une croisière en slow boat de deux jours sur le Mékong, le dixième fleuve du monde – quatrième d’Asie. Une expérience assez singulière : une quarantaine de Backpackers sur un petit bateau traditionnel. Relaxant et parfait pour la prise de recul pensez vous ! Absolument… pas… car « Backpackers » et « Mékong » rythment plutôt avec bières… et bières, surtout quand les Backpackers sont anglais… (Non aucun cliché et préjugé ici, mais ils ont quand même été les premiers à dégainer à 11h). Le destin a voulu que je sois assise à côté du plus mignon, et que peut-on faire contre le destin ?

Ça sera ma dernière distraction du voyage car il faut que je me concentre sur le sens de ma vie, tout ça tout ça… et Mékong-mec mignon n’est pas forcément la combinaison idéale pour que je me concentre. C’est même souvent ce qui m’a mise dans le pétrin et me fait penser que je finirais mangée par des bergers allemands plus tard (quoique je laisse ça à Bridget Jones, depuis l’Asie du Sud-est j’ai plutôt adopté de petits macaques, bien plus originale comme fin). La dernière fois ça m’a entraînée sur une montagne en suisse, à traverser un chemin de boue et de neige en converse. Maintenant j’ai compris que c’était un moyen pour se débarrasser de moi et faire croire à un accident. Ils débordent d’imagination pour me larguer de nos jours. Néanmoins j’opte pour le très classique « c’est pas toi, c’est moi » plutôt qu’un homicide pour les prochains.

Mais il faut dire que le cadre était quand même idéal pour une petite romance de deux jours non ?

Luang Prabang est juste magnifique et le Mékong vient vraiment magnifier le paysage féerique de la capitale royale du pays jusqu’en 1975. Et justement au Laos on a le temps d’admirer. Nous n’avons clairement pas la même notion du temps ici, ce qui pourra déstabiliser facilement nos habitudes de « westerners ». Mais quel meilleur moyen d’apprendre la patience en attendant 20 bonnes minutes un café le matin ? Voilà la définition du « laid back », ils prennent le temps, le temps de vivre et c’est à nous de nous adapter à ce rythme de vie diffèrent du notre, car ça ne sera pas le contraire. Donc on prend son mal en patience et on essaye de ne tuer personne par manque de caféine (plus facile à dire qu’à faire).

La deuxième journée à LB je suis un groupe (ça commence par un chilien, un singapourien et un néerlandais) de mon auberge pour découvrir les fameuses cascades : Kuang Si Falls à une heure de la ville – j’ai trouvé un chauffeur privé ! Et bonus il ressemble à DiCaprio jeune (pour les fans, il vit aux Pays-Bas, je vous transmettrai ses coordonnées en MP).

Ensuite je mets les voiles vers Vang Vieng mais ce fut une erreur de parcours. Cette toute petite ville est un vrai repère à Backpackers, mais pas dans le bon sens du terme, je les nomme « crazy Backpackers). C’est LE lieu pour faire la fête, le tout enrobé d’une ambiance malsaine- n’oublions pas que le Laos fait partie du triangle d’or – opium bonjour – (et elle commence très tôt car au Laos il y a un couvre-feu officiel – tout est fermé à partir de 23h30 – mais à Vang Vieng on vous montrera où continuer la soirée ne vous inquiétez pas. Pour moi elle fut dans mon dortoir vide)). Je vais dans l’auberge qu’on m’avait conseillé sur la route mais je n’avais pas réalisé que c’était un « party hostel » mais je m’en rends compte tout de suite, lorsque je demande ce qu’il y’a à faire ici et que l’on me répond « la fête, ça fait 4 jours que l’on est là, on n’a pas quitté l’hostel, l’alcool est gratuit de 15h à 18h » – ah oui ça a l’air sympa ! (Ironie)

Je veux partir de là tout de suite, mais je suis arrivée trop tard, je suis bloquée une nuit ici. J’en profite quand même pour louer un scooter et visiter la campagne autour de la ville, même si je déteste l’ambiance ici. Je suis seule avec mon scoopy et je roule sans savoir où je vais.

Le lendemain matin un bus pour les 4000 Islands m’attend. Et je prends réellement conscience de la liberté que j’ai durant ce voyage : je ne me sens pas à l’aise à cet endroit, je prends le premier bus, train, avion pour le quitter immédiatement. C’est aussi simple que ça. La liberté, la vraie.

Je vais directement dans le Sud du Laos, sans passer par la case « Ventiane », la capitale, car tout le monde sur la route m’a dit que c’était une ville « boring ». J’y fais seulement un stop pour attraper un bus de nuit. Et quelle expérience ! Je me retrouve à devoir partager une couchette avec une parfaite inconnue, qui ne parle pas anglais ! Oh joie du voyage. Mais finalement c’est assez confortable et je fais vite abstraction du fait que je dorme avec une inconnue à côté de moi.

Le lendemain matin je me réveille à Paksé, ou l’on me dit que j’ai loupé la correspondance pour les 4000 islands car le chauffeur a pris du retard sur la route (laid-back), mais solution miracle, ils peuvent me proposer une nuit pas chère dans une guest house dans le centre-ville et prendre le mini-van pour les 4000 islands seulement demain. Attention je vais placer l’expression favorite de Danone dans ce paragraphe : « jeu de jambes oblige, faisons ça ! »

Et je remercie le chauffeur pour ça car Paksé est fantastique ! 1. Il y a de nombreuses boulangeries du fait de l’influence française donc je peux manger un croissant au petit déjeuner 2. Les plus belles cascades sont dans cette région. Je loue donc un scooter pour parcourir le plateau des boloven.

Le lendemain direction les 4000 islands pour 3 jours, un vrai paradis. Plusieurs îles dans le détroit du Mékong et pratiquement personne en basse saison. Nous devons être une vingtaine à tout casser. Pour ceux qui connaissent Bali et les îles Gili, on peut dire que l’on retrouve l’ambiance décontractée de Gili Trawangan, sans la mer turquoise, le sable blanc et les millions de touristes. Le meilleur moyen de visiter les îles est de louer un vélo (ne vous attendez pas à des merveilles de technologie, ils freinent c’est déjà bien). Je fais la rencontre de Marine, une française qui a également pris le bus de nuit et subi l’arrêt volontaire à Paksé. On s’aperçoit donc que c’est une arnaque pour rester une nuit supplémentaire dans cette guest house, mais paradoxalement je suis plutôt heureuse de mettre faite arnaquer !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s