Israël – Part 2

« C’est peut être ça le voyage, des rencontres furtives mais intéressantes, des moments partagés, sans attache, sans compromis et donc sans frustration que l’on ressent parfois quand on se déplace entre amis ou en couple […] Personne ne se force, personne ne s’en veut, chacun sa route, chacun son chemin. » Anne Thoumieux

Israël a vraiment été parsemé de rencontres comme celles décrites au dessus !

Pour commencer j’ai pris un bus de Tel Aviv pour arriver à Jérusalem vendredi matin – avant Chabbat. J’ai déposé mes affaires à mon auberge (Abraham hostel – que je ne conseille pas vraiment pour faire des rencontres – trop de monde, l’industriel des hostels) et j’ai filé directement dans la vieille ville. Je suis rentrée par la porte de Damas, traversé les souks du quartier musulman (préparez vous mentalement à vous faire marcher sur les pieds, il y a du monde), pour arriver au mur des lamentations.

Un moment irréel- sans être religieux on ne peut pas être insensible à la magie de ces lieux et sa puissance spirituelle. Autour de moi, des femmes prient longuement, d’autres pleurent, mais toutes sont prises par une ferveur intense. Je glisse mes vœux dans une des fentes du mur (il faut chercher, les places sont chères) et je retourne sur mes pas sans tourner le dos au Kotel. Je continue à me balader dans les rues de la vieille ville – attention c’est un vrai labyrinthe ! Je retourne quelques heures plus tard à l’hostel, avec des provisions pour ce soir et la journée de demain – c’est chabbat et tout va fermer (et quand je dis tout c’est TOUT) !

Le lendemain je pars gravir le mont des oliviers, colline à l’est de Jérusalem, et surtout lieu symbolique pour les trois religions du livre. En effet, c’est ici que le Messie (début de la redemption) passera avant d’entrer dans Jerusalem et c’est pour cela que l’on y retrouve le plus grand et le plus ancien cimetière juif. C’est également le lieu de l’ascension pour les chrétiens – en haut de la colline vous pouvez y retrouver l’impressionnant Carmel du Pater.

Je suis de nouveau retournée dans la vieille ville de Jérusalem en empruntant la route de Jericho et entrée par la porte de Jaffa pour atteindre le saint sépulcre. Tout comme hier, la même sensation de transcendance qui émane de l’église qui l’abrite mais surtout des croyants tout autour de moi qui vibrent et ces vibrations sont contagieuses. Les photos sont interdites à l’intérieur de l’église donc vous devez me faire confiance. Au delà de ça il me semble que ce sont des expériences à vivre et aucune photo ne peut retranscrire ces sensations si particulières dans ces lieux saints.

Après deux jours de visites je reprends la route à la recherche d’un peu de fraîcheur et de nature.

Je prends un bus pour Ein Gedi. J’ai juste le temps de déposer mon sac dans un camp kibbutz et je me prépare pour découvrir les cascades dans le désert. Il fait vraiment très chaud (il est 11h – j’ai parfois de bonnes idées) après 30min de marche je commence à me dire que je vais faire demi-tour et tant pis pour les cascades ! Mais juste à ce moment là je croise un père et son fils qui se dirigent également vers le Wadi David. On discute et ils me disent que ce n’est plus très loin! Je me vide le contenu de ma bouteille sur la tête et je les suis. Effectivement 15min après on arrive à l’entrée et ça valait le coup de chaleur !

Plus la meilleure vanne du voyage pour l’instant : je commence à discuter avec un couple du français dans une cascade et la femme dit à son mari « Mais pourquoi nous n’avons pas fait le tour du monde nous aussi comme elle ? » « A son âge tu faisais le tour des boîtes, tu ne pouvais pas tout faire! »

Le lendemain, je quitte le camp kibbutz ou j’ai dormi dans une tente a même le sol, pour flotter dans le mer morte (point le plus bas de la terre – 400m en dessous du niveau de la terre). Dans le bus, je demande au chauffeur de me faire signe quand on arrive à Ein Bokek et on commence à me parler en français – une jeune canadienne qui a reconnu mon accent (ah ce French accent) ! On commence à papoter et nous passons la journée ensemble. Elle est sexologue à Montréal – si c’est pas cool ça !

En fin d’après midi elle repart à Jérusalem et je me prépare mentalement à l’ascension de nuit de Massada qui m’attend dans quelques heures. L’hostel aux pieds de la montagne est parfait pour gagner une heure de sommeil. Je fais la connaissance de ma roomie – Maria de Berlin. Elle est pleine d’énergie et très enthousiaste pour l’ascension. On programme nos réveils et à 4h15 il est temps de se mettre en route. Elle est géniale, elle a même pensé aux bananes pour nous donner des forces pendant la montée – et du courage svp pour moi ?! On retrouve un mexicain et un belge qu’elle a rencontré plus tôt dans la journée d’hier. 45min plus tard nous étions tous les 4 en haut, prêts pour le lever du soleil, grâce aux encouragements de notre coach Maria !

Après un petit déjeuner bien mérité nous avons repris la route – Maria à Ein Gedi, Oscar vers Jérusalem et Israël (le mexicain) et moi vers Eilat. Nous devions plonger ensemble mais une erreur de réservation l’a obligé à partir plus tôt que moi en Jordanie (ou nous nous retrouverons à Petra).

Eilat : je devais y rester 2 jours mais après ma plongée j’ai décidé également de traverser la frontière jordanienne. C’est une station balnéaire classique, sans charme (mon humble avis). Une journée c’était tout à fait suffisant.

Une jolie plongée de 12m en mer rouge avec en prime le passage furtif de deux dauphins 🐬

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s